Vendredi, Avril 06, 2012

Cinquante ans d’indépendance du Mali, l’Azawad qu’ a-t-il eu?

Depuis cinquante ans ,le Mali fête son indépendance chaque 22 septembre . A cette occasion ,il expose ses réalisations en matière de développement ,d’ infrastructure , d’éducation, d’ agriculture et dans tous les domaines utiles pour une nation.

Mais la question qui se pose : L’Azawad fête -il avec le Mali ? Ou la fête du Mali n’est qu’ une réactivation de la mémoire azawadie. Une mémoire pleine des souffrances qui se répètent chaque années . Chaque célébration d’indépendance  est un rappel aux peuples d’Azawad  des chapitres douloureux  liés aux années  qu’ils ont vécues sous l’autorité de l’Etat malien ,qui ne protège ni contre le froid ni contre la chaleur. Elle en ressuscite un espoir non réalisable malgré les sacrifices.

L’espoir de ces peuples d’Azawad est de sentir leur existence,  à partir de laquelle il pourra concrétiser leurs ambitions sur  leur terre, qui aboutira à l’autogestion par ses fils qui sont rattachés indéfectiblement aux racines du territoire . « L’occupant » ne peut pas avoir cette relation avec la terre même s’ il fait semblant.

Quels que soit les degrés de développement de « l’occupant » et ses soit disant attitudes de respect des droits de l’ homme ; il ne peut pas sortir dans sa logique de colonisation , qui est un mépris de la valeur humaine et le manque de respect , et le regard sur la terre colonisée comme un butin provisoire . Lorsqu’ un homme pense qu’ il dispose d’un droit pour soumettre un autre , en ce moment commence l’égoïsme qui est la source de tous les malheurs.

La colonisation est un crime contre l’ humanité même si elle est pratiquée par un colonisateur civilisé en plus fort raison qu’ elle est pratiquée par un « occupant » primitif. C’est dans cette situation que s’inscrit l’Azawad d’aujourd’hui.

La période d’un demi-siècle n‘est- elle pas suffisante pour attendre un résultat ou une conclusion  aboutissant à une décision ? Cinquante ans des promesses de développement, l’ Azawad n’a pas connu aucun infrastructure ni un mètre des routes goudronnées , cinquante ans de pourparler {dialoguer} sur la paix et la sécurité , le peuple d’Azawad n’ a vu que plus d’ insécurité et plus des soldats qui encouragent la peur et la terreur entre les peuples .

La sécurité est -elle concrétisée et/ou le développement est- il aboutit? Les peuples militent-ils et se révoltent-ils pour la paix et le développement ? Ou pour l’identité et l’existence ?               

Une vie d’expérience de cinquante ans est suffisante pour répondre à ces questions.

…… Bureau d’orientation et de sensibilisation ………………….MNA