Vendredi, Avril 06, 2012

Communiqué n° 04 01/2012: Sur les exactions commises par l'armée malienne sur les populations de l'Azawad

Nous, Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), alertons l'opinion internationale et les organisations internationales de protection des droits de l'homme sur les dérives et les exactions répétées de l'armée malienne sur les civils depuis le 17 janvier dernier.

En effet, comme par le passé, l'armée régulière se livre actuellement à des actes de barbarie sur les populations azawadiennes, notamment touarègues et arabes. C'est ainsi qu'elle n'a pas hésité à exécuter des soldats Touareg qui étaient pourtant sous ses ordres dans les environs de Menaka. Elle continue de maltraiter les civils de Kidal et de réquisitionner leurs biens du seul fait de leur appartenance à la communauté touarègue ou arabe. Les animaux, constituant la principale source de revenu des nomades, font également l'objet de massacre par les soldats maliens.

Nous en appelons donc à toutes les organisations internationales pour intervenir rapidement afin d'éviter que l'Etat malien ne se donne à un génocide.

Notre Mouvement réclame l'autodétermination de ses régions et pour ce faire, il a d'abord tenté vainement la voie du dialogue. En réponse, l'Etat malien a renforcé la présence de son armée sur notre territoire. Pour autant, nous n'avons jamais porté atteinte à la population civile, notamment  non arabo-touarègue, contrairement aux agissements du Gouvernement malien sur les nôtres.

Ce dernier se livre également à un jeu très dangereux en essayant de diviser le peuple azawadien et en créant des milices armées, éléments non professionnels et non contrôlables susceptibles de provoquer une guerre civile.

Notre peuple n'aspire qu'à la gestion paisible de son territoire et à aucun moment à la violence. Il a toujours œuvré pour que soit reconnu et accepté par le Gouvernement malien son droit à l'autodétermination, juridiquement et pacifiquement.

Ouverts au dialogue sur les conditions de notre autodétermination, nous demandons à la communauté internationale de s'impliquer dans la résolution de ce conflit et d'exiger de l'Etat malien la mise en place d'un processus d'autodétermination de l'Azawad dans les plus brefs délais.

Cette autodétermination nous permettra par ailleurs de sécuriser la zone sahélo-saharienne et de mettre un terme définitif aux atteintes portées sur les personnes et sur les biens des ressortissants étrangers. En effet, en l'état actuel, l'Etat malien n'a ni la volonté ni la capacité d’œuvrer pour ladite sécurisation. Bien au contraire, il a tout fait pour que soient réunies toutes les conditions d'insécurité dans cette zone.

Notre combat de libération est légitime, il doit être soutenu par tout Etat de droit épris de liberté et de justice.

 

Moussa Ag Acharatoumane