Mercredi, Juillet 18, 2012

Mouvement National de Liberation de l'Azawad

COMMUNIQUÉ N°22 du 15 juillet 2012

Tout d'abord, nous apportons un démenti catégorique aux propos disant que le MNLA renonce à l'indépendance de l'Azawad. C'est une désinformation malveillante qui vise à nous discréditer. Nous n'avons demandé à personne de parler à notre nom ni à Bamako ni ailleurs. Nous poursuivons, contre vents et marées, la révolution pour la liberté, la dignité et la justice du peuple de l'AZAWAD dans toute sa diversité.

Le MNLA salue chaleureusement la décision du Président des USA S.E Barak OBAMA et remercie vivement le geste de solidarité du Gouvernement des Etats Unis d’Amérique en faveur des populations réfugiées de l’AZAWAD.

La philosophie du Mouvement est résolument fondée sur la démocratie, la liberté, la justice et la dignité humaine sur la base d’un système politique séparant nettement l’Etat et la religion que nous considérons comme une affaire privée.

Notre mouvement prenant acte des demandes de la communauté internationale, notamment, du gouvernement américain a décrété dès le 5 avril 2012 une cessation unilatérale des opérations militaires après avoir atteint les limites territoriales de l’AZAWAD. Depuis cette déclaration, les forces armées du MNLA se sont abstenues de toutes actions pouvant accentuer le conflit et on reçu l’ordre formel de se cantonner en dehors des localités libérées afin d’éviter toutes frictions avec les populations.

Dans un souci constant de l’intérêt supérieur des populations, le MNLA a toujours refusé de répondre aux provocations constantes des groupes narco terroristes (Aqmi, Ansar Eddine, MUJAO…) qui ont parasité notre légitime combat avec visiblement une mission commandée de le détourner de son objectif permanent, celui de la conquête de la liberté, de la démocratie, de la justice et de la dignité pour notre Peuple.

La direction politique du MNLA, les forces armées, les organisations de la société civile de l'AZAWAD ont clamé haut et fort la démarcation ferme et totale avec tous les groupes salafistes et narco-terroristes. Les événements survenus à Gao le 27 juin 2012 en sont une dramatique illustration.

Tout au long de l’année 2011, le MNLA n’a cessé de multiplier les offres de dialogue et de négociations en vue d’un règlement pacifique et durable de la question de l’AZAWAD au gouvernement malien qui y a toujours répondu par un silence méprisant et des manœuvres dilatoires. Cette offre qui reste toujours valable, a été réitérée à maintes reprises et nous continuons de la maintenir. Ainsi, le MNLA a régulièrement répondu aux demandes de contacts portant sur le conflit, qu'elles viennent du Mali, de la CEDEAO ou d’autres Etats.

Nous assurons donc la communauté internationale de notre disponibilité à négocier pour le règlement définitif du conflit qui nous oppose au Mali depuis plus de cinquante ans et notre engagement à contribuer, dès que notre légitimité est reconnue, à la lutte contre les narco terroristes qui menacent toute la région saharo-sahélienne. Nous tiendrons compte des préoccupations de la communauté internationale.

Le 15 juillet 2012

Moussa Ag Assarid

Membre du Conseil Transitoire de l'État de l'Azawad (CTEA)

Chargé de l'information et de la communication

   

ETAT DE L’AZAWAD

***********

Unité – Liberté - Justice

*****************

CONSEIL TRANSITOIRE DE L’ETAT DE L’AZAWAD

C-T-E-A


DECLARATION DU CONSEIL TRANSITOIRE DE L’ETAT DE L’AZAWAD

 

Dans le cadre de la nouvelle géostratégie et politique du territoire de l’Azawad dont les conséquences s’avérèrent préoccupantes pour les populations locales et inquiétantes pour la communauté internationale, le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) réitère une fois de plus son inquiétude et en appelle à tous les pays voisins, conscients du danger que constitue la menace terroriste dans cette région. En effet, depuis la libération de l’Azawad, une cohabitation involontaire du MNLA avec des groupes terroristes sur ce territoire a été constatée. Le MNLA est constamment conscient de l’imminence d’un affrontement avec ces groupes déstabilisateurs et sans objectifs réalistes. Le MNLA dans le cadre de sa volonté à trouver une solution définitive à la crise a toujours privilégié d’abord la politique de rassemblement de tous les fils de l’Azawad afin de minimiser ou même éviter un éventuel affrontement entre les populations de l’Azawad.

Le monde entier a été témoin des actions terroristes dont sont victimes le MNLA et le peuple azawadien. Pour cela, nous appelons les pays de la communauté régionale et internationale à travailler de concert avec le MNLA pour la sécurisation de ce territoire. Ceci aboutirait par l’appui dans l’organisation et le renforcement des capacités opérationnelles de l’armée de l’Azawad qui est sous l’égide du MNLA, représentant légitime du peuple de l’Azawad.

Le MNLA est conscient du fait qu’il n’est pas l’unique acteur qui devrait s’impliquer dans le contexte actuel dans le combat contre le terrorisme sur le territoire de l’Azawad. Il est aussi du devoir de la communauté internationale de s’investir pour l’efficacité de cette lutte contre les groupes terroristes présents sur ce territoire tout en respectant la vison du MNLA afin de préserver la sécurité des pays voisins.

C’est dans ce souci que le MNLA a lancé plusieurs fois des appels à la communauté régionale et internationale afin d’initier et de mettre en œuvre des actions visant à sécuriser les populations sur le territoire de l’Azawad et endiguer le phénomène de terrorisme pour éviter son expansion vers d’autres pays constituant des cibles potentielles de certains groupes.

L’attaque du siège du Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA) à Gao le mercredi 27 Juin 2012, favorisée par le manque de réponse diligente de la communauté internationale aux différents appels du MNLA prouve au monde entier que les auteurs de cette attaque constituent une menace pour tous les peuples épris de liberté et de justice.

Le résultat auquel nous assistons aujourd’hui est essentiellement imputable à l’inaction des pays de la communauté régionale et internationale aux pressens appels lancés plusieurs fois par le MNLA. Le silence de la communauté internationale et sa lenteur à associer le MNLA, partenaire privilégié et incontournable dans la stratégie de stabilisation et de recherche d’une solution de sécurisation de ce territoire risque de favoriser l’émergence de certains groupes malveillants. En effet, l’attaque du mercredi 27 Juin 2012 menée par plusieurs acteurs dont des terroristes de renommée internationale, des narco trafiquants, des milices maliennes, des agents de sécurité de certains pays…. constitue un acte terroriste, visant à déstabiliser le fonctionnement du Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA), organe politique regroupant l’ensemble des sensibilités de l’Azawad, mis en place par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA).

Cet acte n’a donné aucun choix au MNLA et l’a obligé à prendre ses responsabilités et des initiatives nouvelles pour défendre l’intégrité du territoire et sécuriser les personnes et leurs biens pris en otage par ces groupes malveillants.

Dans le cadre de la stratégie globale de sécurisation de l’Azawad, nous réaffirmons notre volonté de nous engager dans la lutte contre la présence terroriste sur ce territoire. Nous sollicitons dans ce but l’adhésion et l’appui immédiat de la communauté régionale et internationale pour le renforcement de nos capacités logistiques et financières et la mise en place d’une stratégie commune de lutte contre les groupes terroristes et mafieux. Pour ce faire, nous proposons également la mise en place de groupes spécifiques de travail dans les domaines politique et militaire avec les pays s’inscrivant dans cette démarche pour l’efficacité de cette stratégie commune incluant le MNLA. Ceci constitue une de nos priorités dans l’immédiat.

La promptitude de cette action contribuerait à minimiser les actions de ces groupes et réduirait leurs effets et impacts vers d’éventuels autres pays constituant leur potentielle cible.

Nous confirmons notre disponibilité à engager le dialogue avec les autorités maliennes à travers la médiation régionale et internationale sur les revendications légitimes de notre peuple.

Il importe de rappeler que toute solution définitive au problème de l’Azawad passerait par une solution qui garantirait les droits légitimes du peuple azawadien vis-à-vis du Mali.

Enfin, la diligence de la réponse de la communauté internationale à soutenir le MNLA contribuerait à la stabilisation du territoire de l’Azawad et la bande sahélo saharienne et constituerait le préalable pour réduire les risques de propagation de cette menace terroriste sur les territoires et les peuples épris de justice et de paix.

Ouagadougou, le 12 Juillet 2012

 

Le Président

Bilal AG ACHERIF

   

Communiqué N°21 du 9 juillet 2012

Le MNLA informe l΄opinion publique internationale, les Nations Unies, l΄Union Européenne, la France, les Etats Unis d΄Amérique, toute la Communauté Internationale, que certains Etats qu’on appelle pays du « champ », continuent de déstabiliser l’Azawad.

A la réunion de la CEDEAO, du 7 juillet 2012 à Ouagadougou, une délégation du MUJAO était invitée, après celle d’Ançar Eddine, qui a séjourné dans la même capitale, au moment où ses forces militaires perpétuaient leurs crimes dans l'Azawad.

Outre la présence d’officiers supérieurs d'un des pays du « champ » dans l’Etat Major allié de l’AQMI, du MUJAO, d’Ançar Eddine, au moment de l’agression du CTEA (MNLA) à GAO les 26 et 27 Juin 2012, nous apprenons qu’une délégation de ces mouvements, séjourne actuellement dans la capitale de ce pays sur invitation de son gouvernement.

Force est de constater que les prises d’otages des responsables de ce pays voisin par les terroristes ne sont plus à l’ordre du jour !

A toutes ces grandes manœuvres des pays du "champ", il faut ajouter que notre voisin multiplie les conciliabules avec les pseudo représentants de la société civile de l’Azawad, minutieusement choisis parmi les complices de Monsieur Amadou Touré, ceux-là mêmes qui ont dilapidé les financements destinés à nos populations.

De quel droit ?

Comme si cela ne suffit pas, nous apprenons que le Représentant du Secrétaire Général des Nations Unies à Dakar, a mis en mission un collaborateur pour peaufiner le plan de la future médiation du même pays voisin dans le conflit entre les autorités maliennes et le MNLA.

La mission a servi tout simplement à préparer les contacts souhaités par notre voisin, à l’exclusion du MNLA.

Il faut rappeler que ce Monsieur à qui l’on doit d’avoir organisé les détournements des milliards affectés au Commissariat au Nord, le sabordage des Accords de 1992 et l’amnistie des criminels de guerre, avec son ami, le chef du Ci-devant Ançar Eddine, est très proche des milices de la drogue et de leur chef le Colonel Ould Meydou, tous deux membres influents du MUJAO.

Faut-il croire que certains pays n’hésitent plus à créer ouvertement le chaos dans l’Azawad.

Reste à savoir à quelles fins ?

 

Fait près de Gao le 9 juillet 2012

Moussa Ag Assarid

Membre du Conseil Transitoire de l'État de l'Azawad (CTEA)

Chargé de l'information et de la communication

   

COMMUNIQUÉ N°20 du 6 juillet 2012

Les sacrifices pour la liberté et la dignité du peuple de l'Azawad dans toute sa diversité sont immenses et n'ont pas de prix. Nous rendons hommage à tous ceux qui ont donné leur vie pour l'Azawad. Leur combat ne sera pas vain et nous ne les oublierons jamais et gare à ceux qui tenteront de trahir leur sang.

Nous sommes profondément outrés d'apprendre qu'un État allié des autorités maliennes poursuit ses agissement malsains pour contrer et saboter le combat noble et légitime du peuple de l'Azawad. Des responsables du groupe terroriste MUJAO séjournent actuellement dans la capital de ce pays sur l'invitation de ses autorités. C'est là une complicité avérée avec le terrorisme.

Nous menons une longue lutte de plus de 50 ans et après avoir bouté l'armée malienne hors de l'Azawad, nous n'accepterons jamais aucun agresseur de notre peuple. Les groupes terroristes qui parsèment aujourd'hui notre Azawad se seront combattu jusqu'au bout avec la dernière rigueur. Ils n'ont pas leur place parmi nous.

Nous espérons que le monde libre va en fin se réveillé et comprendre que le seul rempart contre le terrorisme dans l'Azawad est le MNLA. Nous avons la motivation et la connaissance parfaite du terrain.

Comme dit un écrivain, "chaque jour nous faisons un peu plus, l'impossible prend juste un peu de temps".

 

Fait à Gao, le 6 juillet 2012

 

Moussa Ag Assarid

Membre du Comment Transitoire de l'Azawad (CTEA)

Chargé de l'information et de la Communication

   

Page 1 sur 25

Enregistrez-vous pour voter

SONDAGE

Voulez-vous que l'Azawad devienne un État indépendant ?

Please register to vote.

Who's Online

Nous avons 28 invités en ligne