Dimanche 16 juin 2013 7 16 /06 /Juin /2013 17:22

 

COMMUNIQUE DE PRESSE


 

 

 

Le Président de la Transition, SEM Andry RAJOELINA, et son épouse se sont rendus à Tuléar ce Samedi 15 Juin 2013. Un programme très chargé pour le Couple présidentiel puisque cette journée a été consacrée pour la série d’inauguration des nouvelles infrastructures réalisées durant cette période transitoire. Le Couple présidentiel a commencé par l’inauguration des 71 maisons d’habitation « Trano mora », sises à Andranomena, route de l’aéroport, baptisées « Cité Masoandro » où le Président a exhorté les jeunes propriétaires de ces « Trano mora » à faire confiance en l’avenir de ce pays.



 

Le Boulevard d’Ankilifaly figure aussi parmi les infrastructures inaugurées par le Président RAJOELINA. Une des promesses du Président de la Transition. Cette nouvelle infrastructure -également baptisée Boulevard « Masoandro », longue de 800 mètres, où des baobabs ont été mis en terre pour donner un nouveau charme à la ville du Soleil, comme celui de l’allée des baobabs de Morondava - a été construite par l’entreprise COLAS. Le Président RAJOELINA, accompagné d’une quinzaine de membres du Gouvernement, des autorités locales, des personnes handicapées et de la population locale, a rallié les deux bouts de ce nouveau Boulevard en procédant à un bain de foule puis dans des foulées de jogger. Le Chef de l’Etat, au nom de la population tuléaroise, a tenu à remercier le Directeur Général de l’entreprise COLAS pour son professionnalisme et sa rapidité dans la réalisation de ce Boulevard. Toutefois, il a également demandé à cette société de revêtir cette allée d’une couche de bitume.



 

Le Président RAJOELINA a ensuite fait cap sur la digue de Fierenana, dans la Commune de Miary, pour constater de visu l’état d’avancement des travaux de réhabilitation de cette digue. 60% des travaux ont été réalisés. Le Maire de cette Commune a profité de cette présence du Président RAJOELINA en plein milieu de la digue de Fierenena pour lui expliquer les moyens les plus efficaces pour protéger ladite infrastructure. Effectivement, cette digue a toujours été la proie facile des intempéries et des cyclones qui frappent Madagascar, surtout la partie Sud de l’Ile, chaque année. Raison pour laquelle le Maire de Miary, rassuré par la capacité et l’efficacité de la méthode de travail du Président RAJOELINA, a demandé à ce que la protection de la digue soit renforcée. « Cette digue a été construite du temps du régime Ratsiraka et ne résiste plus à des pluies torrentielles actuellement. Il serait mieux de renforcer les rivages depuis Taikoaky jusqu’à l’autre bout de la digue si nous voulons un meilleur résultat. Certes, les travaux nécessitent une importante somme d’argent et des bailleurs de fonds, toutefois nous croyons en votre aptitude. Vous pouvez et vous réussirez à le faire », a-t-il déclaré.

Le Chef d’Etat a loué le caractère combatif de la population de la Commune de Miary car il convient de rappeler que cette Commune a affronté différentes difficultés. « Les épreuves ne sont que passagères, elles ne durent jamais », a-t-il indiqué. Il a encouragé la population locale et l’a exhorté à rester vigilante face aux problèmes. Le Numéro Un de la Transition a offert 4 bœufs pour la population de la Commune de Miary avant de quitter les lieux.



 

Juste après la digue de Fierenana, la délégation présidentielle est revenue vers le campus universitaire de Maninday où un bloc sanitaire aux normes internationales a également été construit.

Le Président de l’Université de Maninday a remercié le Chef de l’Etat pour son énième visite à Maninday. « Dans les moments sombres, vous êtes venus nous rendre visite, et maintenant, dans un moment de joie, vous êtes encore revenus pour le célébrer avec nous. C’est un grand honneur pour l’Université de Maninday », a-t-il ajouté.

Le Président de la Transition a également fait le suivi et l’évaluation des promesses qu’il a faites lors de ses précédents passages dans cette université, notamment la réhabiliation des dortoirs des étudiants ravagés par le cyclone Haruna et les 9 mois de bourse d’études à payer.



 

Le Président a également promis des blocs sanitaires aux normes internationales pour les quelque 5.630 étudiants et membres du personnel administratif et technique de l’Université. Des ouvrages littéraires et scientifiques en provenance de Cachan vont aussi arriver pour que les étudiants puissent s’en servir dans le cadre de leurs études et recherches.


 

Les problèmes d’électricité et des dortoirs du batiment R+3, faute de budget au niveau du Ministère de l’Enseignement Supérieur et des Recherches Scientifiques, ont également été évoqués. Ainsi, le Président lui-même a cherché les moyens pour financer ces projets et a annoncé que : « des lits superposés seront offerts aux universités. La part de Maninday sera livrée dans deux semaines ». Il a aussi promis un amphithéâtre dans les plus brefs délais.

Un représentant des étudiants de Maninday a adressé leur reconnaissance et leur gratitude envers le Président de la Transition pour toutes les promesses qu’il a honorées, et même pour celles qui n’ont pas pu être réalisées. « Si ces promesses n’ont pas été honorées jusqu’à présent, Monsieur le Président, ce n’est nullement votre faute. Des actes de déstabilisation délibérés et des personnes mal intentionnées ont tout fait pour que les travaux n’avancent pas. Pourtant, on continue à vous faire toujours confiance », a-t-il confié.



 

Le Couple présidentiel a ensuite procédé à l’inauguration officielle puis à la visite du troisème Hopital « manara-penitra », après ceux d’Antsiranana et Toamasina. La Ministre de la Santé, Ndahimananjara Johannita, dans son discours, a mis en exergue l’importance de cette belle réalisation du régime transitoire. Une réalisation avec laquelle le personnel médical pourra travailler en toute autonomie, liberté et transparence grâce à ces infrastructures et ces équipements aux normes internationales.


 

En effet, ce Centre hospitalier comprend 12 services entre autres ceux de la stomatologie, maternité, pédiatrie, urgence, soins intensifs, imagerie, etc. Pour une grande première dans les annales de la médecine, cet hôpital « manara-penitra » de Tuléar, lequel sera opérationnel dès lundi 17 Juin, possède un « scanner » de haute technologie, un laboratoire qui donne immédiatement le résultat des examens sans attendre deux ou trois jours après les analyses, mais aussi une agence du BIANCO, en collaboration avec des représentants de la Présidence pour garantir la bonne gouvernance dans la gestion des budgets utilisés durant la construction de ce Centre hospitalier.

« Quelles que soient les aberrations et les allégations délibérées de ceux qui nous détestent, nous pouvons nous enorgueillir d’avoir réussi à offrir ce joyau pour la génération future et pour la province de Tuléar. C’est une preuve d’amour que les dirigeants témoignent envers la population tuléaroise », a indiqué le Président de la Transition. Mais il n'a pas oublié de souligner les difficultés qu'endure le pays actuellement, à cause de la cohabitation entre des dirigeants qui n’ont visiblement pas la même vision. « Le pays est à la croisée des chemins en ce moment, mais les autorités transitoires ne comptent en aucun cas abdiquer devant ces difficultés », a-t-il déclaré.



 

Le Couple présidentiel a ensuite rencontré la population locale à la Cité de la Poste sous l’ovation d’une foule immense et compacte, composée essentiellement de jeunes et dans une totale euphorie de fête. Lors de ses prises de paroles, -à chaque fois, il a rencontré une population massive, allant d’Andranomena, lors de l’inauguration des Trano mora, en passant par Ankilifaly, et surtout à la Cité de la Poste-, le Président de la Transition a fait preuve d’un optimisme inoxydable quant à la situation politique actuelle. Il a exprimé ouvertement son esprit combatif. « Andry RAJOELINA n’a pas peur des adversaires mais ce sont ces derniers qui ont peur de Andry RAJOELINA », a-t-il déclaré.

« La population tuléaroise est sincère et fait montre de résistance face aux difficultés. Je vous félicite pour ce bon caractère car moi-même je suis comme vous. Lors de mes précédents passages dans cette Région, c’était dans des moments de tristesse, mais maintenant je viens ici avec vous pour l’inauguration d’une des réalisations de la Transition. Un hôpital aux normes internationales, bâti pour le Peuple et la génération future ».



 

« La Feuille de route a imposé la cohabitation. Nombreuses sont les personnalités qui ont été condamnées par le Tribunal alors que par la magie de l’amnistie, disposée par la Feuille de route, certaines d’entre elles peuvent actuellement participer aux élections. Et pourquoi veut-on que moi, nullement condamné par la Justice, je ne puisse pas participer à ces élections ? J’ai toujours été champion depuis mon enfance et c’est pour cela que l’on a peur de moi. A 13 ans, j’ai été champion de Madagascar en karaté. Mais, maintenant, mon combat consiste à la défense du Peuple malgache. La Communauté internationale ne veut pas de ma candidature aux élections présidentielles mais je n’accepterai pas de me laisser manipuler comme une vulgaire marionnette. En tout cas, tout le monde sait que, ma conviction ayant été profonde et totale dans tout ce que j’ai entrepris, je gagnerai ces élections présidentielles. Raison pour laquelle l’on essaie par tous les moyens de m’écarter de ce sillon électoral », a-t-il conclu sous l’ovation d’une foule en délire permanent, animé d’une joie intense.

Antananarivo, le 15 Juin 2013

Le Chargé de la Communication

à la Présidence de la Transition

 

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 juin 2013 7 16 /06 /Juin /2013 13:05
Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 juin 2013 7 16 /06 /Juin /2013 11:02

 

Je vois d’ici les grands titres à la Une des médiaboliques, dès demain lundi 16 juin. Cela se résume à : « Propagande avant l’heure ». Et ils se disent Malgaches.

 

 

Alors lisez bien les gars : oui, si c’est dans la démarche de doter à la population de Madagascar en infrastructures socio-sanitaires avec l’argent de nos propres richesses, alors le fameux « coup d’état » (mot encore et toujours utilisé par des Malgaches portés par la haine et des vazaha ignorants de l’Histoire) d’Andry Rajoelina devrait être applaudi. Tout ce ramassis de créatures lucifériennes escamote purement et simplement les réalités malgaches. Toutes les nouvelles infrastructures inaugurées par le Président de la Transition ne sont inscrits ni au patrimoine d’Injet ni au nom des Razakandisa ou Rajoelina. Elles appartiennent tous à l'état malgache donc au peuple malgache. Par ailleurs, cela mérite également le prix de la gestion saine des deniers publics.

 

 

En effet, depuis décembre 2008 -et non après comme l’insinue Brett Bruen, le diplomate agitateur américain-, les bailleurs de fonds ont suspendu leurs aides bilatérales. Or, malgré cela, le salaire des fonctionnaires a toujours été versé et en quatre ans, Andry Rajoelina a réussi à construire plus d’infrastructures que trois présidents élus en 36 ans (1975-2006). Et je ne me lasserai jamais de rappeler les méfaits que Marc Ravalomanana a perpétré impunément à l’encontre de son propre peuple. Tout ce qu’il a construit fait partie du patrimoine de la société Tiko. En prime, il s’est accaparé de terrains domaniaux mais aussi de terrains appartenant à l’armée, donc à l’état malgache (voir plus loin).

 

 

Qui osera encore dire le contraire ? CLIQUEZ ICI. Si les historiettes basées sur des mensonges, de l’intox et de la désinformation, l’Histoire, elle, demeure immuable et véridique. A présent, les tirailleurs sénégalais de la Communauté internationale des intérêts financiers, « recommandent » au vieux Robert Mugabe du Zimbabwe de reporter les élections prévues pour le 31 juillet 2013. Concernant Madagascar -mis dans le même sac que la RC Congo-, ils veulent le retrait pur et simple de trois candidats dont Andry Rajoelina -la vraie cible- car leur participation « risquerait d’apporter des troubles ». Pour mieux être « convaincants », ils agitent l’épouvantail de la non-reconnaissance du futur président élu. La France, elle, en bonne puissance colonisatrice, n’a pas attendu les déclarations finales de cette sadique Sadc pour « sanctionner », comme on punit un enfant : visas abroger pour les trois candidats et leur famille. Et puis quoi encore ?

 

 

L’équation est simple. Andry Rajoelina élu, adieu les calculs pour s’accaparer des richesses nationales minières de Madagascar, ancienne colonie. Car il est certain que celui-ci va réviser tous les contrats (miniers et autres) afin que la population malgache bénéficie directement de leurs propres richesses. Les nouvelles infrastructures inaugurées prouvent que c’est tout à fait possible. Cependant, les véritables ennemis du développement de la Grande île de l’océan Indien, ce sont des Malgaches. A l’instar des membres du GEM (Groupement des entreprises de Madagascar) qui ne vont pas payer leurs impôts.

 

 

Ntsoa a été promu Officier de l’Ordre national au Restaurant de l’Ocean Planet, enceinte Pacom, à Andranomena, le mardi 23 décembre 2008


Le plus malheureux est qu’actuellement, le Président du GEM est Ntsoa Andriamifidimanana, celui qui a conduit la voiture du mariage de Marc Ravalomanana et Lalao Rakotonirainy. Rien ne se fait au hasard ici-bas et ceci explique cela... Jusqu’où peut aller la dette morale, hein ? Bien sûr qu’il niera et dira que je divague mais il n’y a jamais de fumée sans feu et la vérité blesse toujours. Pourtant, c’est malheureux, dis-je, car Ntsoa est foncièrement un bon type. Mais il est dit qu’en affaires il n’y a pas de « sentiment ». Il verra avec sa conscience.

 

CLIQUEZ ICI

L’esprit du sacrifice c’est de penser et voir loin pour les autres et non se regarder dans le miroir de son argent personnel et ne penser qu’au temps présent. Et, hélas, ce qui se passe à Madagascar, le pays du moramora. Du côté des politiciens, à quoi bon chasser leur naturel : il est déjà revenu au galop. Et ils montrent sans vergogne ce qu’ils sont réellement : des minables faisant étalage de leurs diplômes en dénigrant les autres. Mais où étaient-ils en 1972, en 1991, en 2002 et même en 2009 ? J’ai visionné la vidéo que j’ai réalisée à Gaborone, en juin 2011 (ICI). Ils étaient tous derrière Andry Rajoelina. Que font-ils maintenant ? Parcourez les journaux… Et ce n’est pas demain la veille que les politocards malgaches se regrouperont derrière un candidat unique, à l’instar d’Hassan Rohani qui vient d’être élu président de la république islamique d’Iran au premier tour.

 

CLIQUEZ ICI

Cela pour dire que la volonté d’un peuple transparaît de manière incontestable lors d’un vote au suffrage universel. Mais les ennemis, les vrais voient déjà des fraudes « massives », malgré l’utilisation d’urnes transparentes et du bulletin unique toujours refusé par les trois présidents jetés hors du pouvoir par le peuple qu’ils avaient juré sur la Bible de rendre heureux… Tu parles ! Alors ? « Il n’y a rien de personnel », comme dans les films de série B où la Communauté internationale se croit obligée d’en arriver à l’assassinat politique pour protéger leurs intérêts. C’est-à-dire la richesse des autres. Ben voyons.

 

CLIQUEZ ICI POUR PLUS DE CLARTE AVEC LES DETAILS

Cela n’a pas suffit à la France de fusiller le Prince Ramahatra et Rainandriamampandry pour briser l’unité national malgache. Et çà continue jusqu’en cette année 2013. Quand donc tout ce ramassis de créatures serviles se rendra-t-il compte qu’ils seront tous seuls dans leur tombe ? Je dirais « honte à vous ! », mais çà n’a plus aucune valeur de nos jours et le ridicule ne tue plus depuis belle lurette. Bonne fête à tous les Papas, malgré tout. Cessez de jouer les amnésiques. Marc Ravalomanana était tout ce que vous voulez sauf un saint et un sain.

Jeannot RAMAMBAZAFY – 16 juin 2013

 

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires
Samedi 8 juin 2013 6 08 /06 /Juin /2013 09:46

Irak, août 2009. Brett Bruen au milieu des ruines laissées par son pays, et qu'il veut reconstruire lui-même


Heureusement qu’il va quitter définitivement Madagascar. Mais il ne s’est pas empêché de parloter, en mentant comme un charretier. Il, c’est ce Brett Bruen, « Conseiller en Communication et aux affaires culturelles» mais tout bonnement l’homme fort de l’ambassade des U.S.A. devant lequel le Chargé d’Affaires Eric Wong ne peut que s’effacer.

Lors de sa récente interview par les journalistes de Taratra, il n’a pas levé un cil lorsqu’il a déclaré, à la première question, avec force conviction que :

« Amerikana aho ! Ny fahombiazana ihany. Tsiahiviko fa na dia teo aza ny fanongam-panjakana nataon’Andriamatoa Andry Rajoelina, nahatonga ny fampihantonana ny famatsiam-bola, tsy nampitsahatra ny fanampiana ny vahoaka malagasy ny Amerikanina ».

Traduction : je suis Américain ! Seuls les résultats comptent. Même s’il y a eu le coup d’état fait par Monsieur Andry Rajoelina, qui a fait suspendre les aides financières des bailleurs de fonds, les Américains n’ont pas cessé leurs aides au peuple malgache ». Bravo ! A partir cela, tout ce qu’il dit n’est qu’un tissu de mensonges et je vais vous le prouver une fois pour toutes. Je mettrai en veilleuse (mais très éclairante) son histoire de « presse malgache muselée par le régime… ».

MIDI MADAGASIKARA, le médiabolique par excellence, le support des fausses informations jamais punies. C'est pas la liberté de presse çà ?

 

Mais il aurait du être présent dans la Grande île sous le régime de Didier Ratsiraka et sa DGID… Et puis, avec bientôt 30 ans de journalisme, c’est à moi d’affirmer que Brett Bruen est un désinformateur hors classe. Il aurait du lire les archives des journaux malgaches de 1960 à 1991 avant de raconter ses salades de petit W.a.s.p. qui veut se donner de l’importance. En tout cas, parlant de presse malgache muselée, à l’heure actuelle, vous insultez tous les journalistes de ma génération qui ont vécu la vraie censure. Et lorsqu’on insulte un ancien otage comme moi (1991 à Diego Suarez par les fédéralistes), on doit s’attendre aux quatre vérités. Documents à l’appui. Alors, passons à plus concret.

Ainsi donc, il affirme que c’est « le coup d’état d’Andry Rajoelina » qui a amené les bailleurs de fonds à suspendre leurs « aides » ? Je n’ai pas besoin de travailler à la CIA ou au FBI pour trouver des informations qui ne souffrent d’aucun commentaire.

Comme le précise l’article de Jeune Afrique ci-dessous, les bailleurs de fonds ont suspendu leurs aides en décembre 2008. Comme l’a déclaré jean-Claude Boidin, alors représentant de l’UE à Madagascar : « c’est une décision qui a été prise en décembre [2008] qui n’est pas en rapport direct avec les évènements de janvier [2009] ».



 

Mais où donc était à l’époque, Brett Bruen ? Tout simplement en Côte d’Ivoire. Eh oui. En tant que petit photographe et « Information officer ». Et information, en français, est synonyme de renseignement n’est-ce pas ? Mais plus encore, il était, en plus, le coordinateur des programmes de lutte  contre le VIH/Sida à l’Ambassade des Etats-Unis.


 

Il a quitté Abidjan en septembre 2008. Et vous savez quoi ? Il a reçu un prix pour ses activités visant à faire connaitre le Programme du Plan d'Urgence Américain. Comme s’il savait ce qu’il allait s’y passer avec Laurent Gbagbo… Car on ne sait plus si c’est pour le Sida où pour l’évacuation des ressortissants américains. C’est ce genre d’amalgame qu’il a enseigné à certains journalistes malgaches qui se sont mis dans la tête qu'ils sont le 4è pouvoir… Celui d'insulter les autres, de propager de fausses nouvelles, d'inciter à la haine, d'entrer dans la vie privée des gens.

 

 

En 2009, il était en Irak. Eh oui. Dans le monde de l’espionnage sous couvert de la diplomatie, il n’y a jamais de hasard. Il y était pour reconstruire ce que son pays avait détruit au nom de la démocratie. La photo à la Une et la suivante en témoignent. Il aura beau s’expliquer, s’il a appris la langue irakienne, ce n’est pas pour y faire du tourisme… Quand Brett Bruen passe, tout casse…


 

"As the U.S. forces look toward our draw down out of the country, this is a great potential legacy that we can leave behind; showing that we took proper care of the ancient sites and history of the Iraqi people," said Brett Bruen, Public Diplomacy Officer for the PRT in Salah ad Din. Ah bon ? Après avoir tout détruit ?


Maintenant, s’il persiste à dire qu’en 2009, Andry Rajoelina a fait un coup d’état, c’est comme s’il déclarait que Manandafy Rakotonirina, du MFM, a fait un coup d’état en 1972 ; que le professeur Zafy Albert a aussi fait un coup d’état en 1991. Pour Marc Ravalomanana, en 2002, ce fut ne fut qu’un « simple forcing » de premier tour (« Premier tour dia vita »). Lui qui dit connaître la situation malgache en 2009, où diable était-il en 2010, avant d’être affecté ici pour semer sa merde divisionnaire au sein des journalistes malgaches ? Tout simplement en Guinée (celle de Sékou Touré). C’est là-bas, en Afrique noire (après l’Afrique du Nord) qu’il s’est imprégné de coup d’état et de transition. Et vous savez quoi ? Lisez, çà ne s’invente pas :


Les Etats-Unis financent un programme de 1 million de dollars pour former la garde présidentielle de la Guinée. Le Porte-parole de l'ambassade américaine Brett Bruen dit que le but était «de s'assurer qu'il ya une garde présidentielle professionnelle, compétente et impartiale pour le président nouvellement élu de la Guinée ».


AfricaLog, 10 juin 2010

Les Guinéens vont se rendre aux urnes le 27 juin 2010 pour le premier tour du scrutin présidentiel à 2 tours  (Ndrl: C'est Alpha Condé qui a été élu président au second tour). Dans ce contexte, les Etats-Unis financent un programme de 1 million de dollars pour former la garde présidentielle de la Guinée. Le Porte-parole de l'ambassade américaine Brett Bruen dit que le but était «de s'assurer qu'il ya une garde présidentielle professionnelle, compétente et impartiale pour le président nouvellement élu de la Guinée ». Brett Bruen a refusé de donner plus de détails sur la formation de six mois qui a débuté fin mai, mais il a dit que les responsables de la formation de la garde présidentielle étaient "des experts de la police civile, embauché et supervisé par le département d'Etat".


 

 

Bravo ! Mais qui déjà a déclaré que l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais d’institutions fortes ? Barak Hussein Obama. Le Président qui a suspendu, jusqu’à présent l’AGOA pour Madagascar. C’est donc çà, Mister Bruen le fait que « les Américains n’ont pas cessé leurs aides au peuple malgache ».



 

 

Un an après, en Guinée, dans la nuit du 18 au 19 juillet 2011, malgré la garde présidentielle formée comme pour les agents du Secret Service, la résidence privée du président Alpha Condé est attaquée.


 

Il n’y a pas de hasard dans ce monde diplomatique (américain) parsemé de complots et d’espionnage. Mission de démocratie complètement ratée pour Brett Bruen, qui débarque à Madagascar, laissant les Guinéens à leur triste sort et à leurs gardes présidentiels…



CLIQUEZ ICI POUR CE DERNIER REPORTAGE OU M. STROMAYER M'A SALUE POUR LA DERNIERE FOIS. NOUS NE NOUS SOMMES PLUS REVUS JUSQU'A SON DEPART. SES CONVICTIONS AURONT ETE CONTRAIRES AU TRAVAIL DE SAPE DE BRETT BRUEN

 


 


Brett Bruen arrive à Antananarivo, peu de temps avant le départ de l’ambassadeur Niels Marquardt qui a tenté de se reprendre, en ce qui concerne la vérité sur Marc Ravalomanana et le 17 mars 2009 ; En vain car il a emmené son secret avec sa dégringolade en tant que Consul en Australie. Dès son arrivée, Mister Bruen prend les choses en main. Il veut faire oublier son échec en Guinée. Et dès le début, on a senti que le Chargé d’Affaires Eric Stromayer semblait avoir eu l’ordre de lui donner carte blanche… D’ailleurs, c’est Mister Stromayer qui a été le dernier diplomate américain à inviter madagate.com à une réception officielle. Certes, ils me connaissent très bien là-bas…


Première attaque : manipuler et diviser les journalistes malgaches -qui ne se donnent pas la peine de maîtriser le métier- avec cette histoire de droits de l’homme et de liberté de presse tronquée ; seconde attaque : s’immiscer impunément dans les affaires d’une nation souveraine et envoyer de faux rapports à l’administration Obama. Troisième et ultime attaque : amadouer les artistes malgaches avec des concerts au parc de Ranomafana (je garde ce dossier en sous-main au cas où il ferait encore le mariole, là où il sera bientôt) et aux U.S.A. Mais toutes ses manigances ne lui auront servi à rien. Il repart la queue entre les jambes. Mais con comme un balai, il n’a pas pu s’empêcher cette dernière interview remplie de fiel, dans l’espoir de jeter l’huile sur le feu et de faire de Madagascar une autre Guinée. Eh ben non, Mister Bruen, les Malgaches ce ne sont ni des Arabes, ni des Africains.

Coup d'épée dans l'eau. Madagascar ne sera jamais la Côte d'Ivoire ni la Guinée. Ô ry mpanao politika malagasy a ! Mifohaza amin'izay ! Io bandy kely io ve dia mahavita mampiady anareo ? Sa tsy mizaka zom-pirenena malagasy ianareo ?


Nous avons tout de ceux-là (ancêtres communs) mais en plus, nous possédons la sagesse asiatique. Même si cela prend du temps, parfois, pour se manifester. Votre grande erreur ? C’est d’avoir ignoré notre culture, d’avoir sous-estimé des journalistes de ma trempe, incorruptible. Madagascar est bel et bien le pays du « moramora » et je plains déjà le pays qui va vous héberger. A moins que vous n’alliez tout simplement espionner vos compatriotes au sein du Département d’Etat. Vous voulez de la liberté de presse ? Alors adieu et, en tout cas,  bon débarras ! On respirera mieux sans vos conneries et je serai curieux de voir qui va me « museler ». Il y aura peut-être encore quelques turbulences à caractère politique mais sans vous ce sera mieux et plus rapide.

 


Enfin, der des der, je lui retourne ses leçons d'amalgame. Alumni, çà ne fait pas un peu Illuminati? Non?

 


Jeannot Ramambazafy, celui que Brett Bruen a traité de fou, un jour… A lui de se rappeler où et quand. Et devant qui...– 7 juin 2013

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 mai 2013 7 26 /05 /Mai /2013 20:22

 

HAR 0056B

ALBUM DE PHOTOS ICI

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Journée de jeûne et prière pour la Nation et le peuple malgache


Suite à l’initiative louable du Président de la Transition, SEM Andry Rajoelina, le Samedi 25 Mai 2013 a été consacré à un jeûne et à une journée de prière dédiée à la Nation et le peuple malgache en cette phase cruciale du processus de sortie de crise. Ainsi, un culte, d’une durée de deux tours d’horloge, s’est tenu au « Green » du Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra. Ce fut également une occasion pour tous les malgaches d’élever des prières pour la Nation, étant donné que le culte a été intégralement retransmis en direct sur les stations audiovisuelles nationales (Rnm – Tvm). Hormis le couple présidentiel, plusieurs personnalités étatiques, comme le Président du Conseil Supérieur de la Transition, le Général Dolin RASOLOSOA, quelques membres du Gouvernement, du Cst et du Ct ainsi que de simples citoyens, ont répondu présents à cette journée de prière organisée par la Présidence de la Transition. Toutefois, le Premier Ministre, Jean Omer BERIZIKY et le Président du Congrès de la Transition,  Mamy RAKOTORIVELO, ont brillé par leur absence.


Le culte, dirigé par les Pasteurs Yvonne RANOROVOLOLONA et Origène Tin’A HANITRINIONY, a été animé par les Chorales de la FJKM Bemasoandro Itaosy, du FEFI Antaninandrano et de l’AKAMASOA. Le cantique favori du Président RAJOELINA, « Hay teo foana i Kristy » (Jésus Christ est toujours là) a ouvert et clôturé ledit culte.


L’homélie prononcée à cette occasion a été focalisée sur la nécessité de prier et sur l’importance du jeûne étant donné que « les prières peuvent tout changer ».


Dans la foulée, des prières ont été formulées successivement pour les dirigeants étatiques et ecclésiastiques, pour les politiciens et les forces vives de la Nation, pour les Forces de l’Ordre (Armée, police et gendarme) ainsi que pour tous les Malgaches. Au cours de son allocution, le Président RAJOELINA a élevé une prière afin que la Nation et le peuple malgaches puissent retrouver la sérénité et la paix.

Le Chef de l’Etat a également saisi cette occasion pour adresser d’emblée ses vœux à toutes les mères malgaches, dont la fête a été célébrée le lendemain.

Antananarivo, le 25 Mai 2013

Le Chargé de la Communication

Auprès de la Présidence de la Transition

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires

De la Vision aux Actions

ALBUMS DE PHOTOS

Voir tous les albums

DOSSIERS

Calendrier

Août 2013
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés