Lundi 13 mai 2013 1 13 /05 /Mai /2013 21:19

13-MAI-2013-HOTEL-DE-VILLE 7122

 ALBUM DE PHOTOS ICI

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Culte œcuménique de commémoration des évènements du 13 mai 1972

La cérémonie officielle de commémoration du 41ème anniversaire des évènements dramatiques survenus le 13 mai 1972 a été marquée par un culte œcuménique tenu à l’Hôtel de Ville d’Antananarivo, sous la houlette du FFKM et en présence du Président de la Transition, SEM Andry RAJOELINA, du Président du Conseil Supérieur de la Transition (CST), Dolin RASOLOSOA, du Président du Congrès de la Transition (CT), Mamy Rakotoarivelo, de quelques membres du CST, du CT et du Gouvernement, du Président de la Délégation Spéciale de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Edgard RAZAFINDRAVAHY, ainsi que de plusieurs personnalités politiques.

13-MAI-2013-HOTEL-DE-VILLE 7158

A l’issue de ce culte œcuménique, le PDS de la Commune Urbaine d’Antananarivo a fait un bref discours remerciant l’initiative du Président RAJOELINA de réhabiliter l’Hôtel de Ville d’Antananarivo dans lequel s’est déroulée la commémoration des évènements historiques suscités. « Qui pourrait imaginer qu’un jour, malgré son incendie et sa destruction, cet Hôtel de Ville pourrait renaitre de ses cendres ? Toutefois, aujourd’hui, nous nous trouvons ensemble  sur ce magnifique endroit. Permettez-moi tout d’abord d’exprimer ma reconnaissance envers l’initiative louable du Président de la Transition de réhabiliter cet Hôtel de Ville. Nul n’ignore que ce lieu est le témoin des tristes évènements du 13 mai 1972. Cette date reste à jamais gravée dans les annales du pays. A ce moment, la population a mené une manifestation contestant le pouvoir en place qui l’a déçue. Actuellement, nous espérons tous que de tels évènements ne se renouvelleront plus jamais dans notre pays. Pour ce faire, nous avons besoin de dirigeants sensés qui ne cherchent que l’intérêt du peuple. Nous souhaitons que l’après élection n’apporte qu’apaisement pour que le peuple puisse vivre dans la sérénité  »,  a-t-il indiqué dans son bref discours.

13-MAI-2013-HOTEL-DE-VILLE 7143

Par ailleurs, le Président de la Transition, SEM Andry RAJOELINA a exprimé ce qu’il a éprouvé en franchissant le seuil de cet Hôtel de Ville : « mon cœur s’emballe et j'ai les larmes aux yeux. J’ai réalisé que, malgré le peu qui en restait, nous avons pu bâtir, construire et réhabiliter cette grande infrastructure. Nous remercions vivement le PDS d’Antananarivo de nous accueillir et surtout de nous unir sur ce lieu. L’heure n’est plus aux reproches mutuels, il est temps de penser à l’avenir du peuple, celui du pays et surtout celui des générations futures », a-t-il expliqué.

« Cet endroit est le témoin de l’histoire de Madagascar. Les Malgaches y sont venus à maintes reprises pour diverses revendications. Il y a 41 ans de cela, la première manifestation populaire s’est passée en ce même lieu. Je crois que ce n’est nullement le fruit du hasard que les candidats à la prochaine présidentielle soient également au nombre de 41. Les malgaches se sont soulevés pour revendiquer leurs libertés de choisir, de décider, de tracer leur avenir mais surtout pour protéger leur indépendance et leur souveraineté, comme lors de l’insurrection du 29 Mars 1947. Ce chiffre 29 a également une signification  particulière.  En cette année 2013, nous allons avancer vers les élections, notre pays a plus que jamais besoin d’un dirigeant patriotique.», a indiqué le Chef de l’Etat.

13-MAI-2013-HOTEL-DE-VILLE 7163

« En tant que malgache, nous avons tous le devoir de mettre en place une paix durable et une société harmonieuse. Nous sommes tous responsables de l’instauration de l’apaisement politique parce que chacun de nous espère des élections libres, sereines et transparentes. Ensemble, nous allons cesser les controverses politiques pour permettre au peuple d’exprimer son choix par la voie des urnes. », a-t-il poursuivit.

« Même si certains amis nous ont abandonné, un seul ami, Jésus Christ, reste toujours près de nous même dans les moments difficiles », a avancé le Président Rajoelina en se référant à la cantique « Hay teo foana i Kristy » (Le Christ a toujours été là) entonnée à cette occasion.

13-MAI-2013-HOTEL-DE-VILLE 7188

En marge de ce culte œcuménique, le Président de la Transition a répondu à aux questions des journalistes sur les actualités politiques.

En évoquant la question de sa démission avant la tenue des élections, le Président RAJOELINA a expliqué que  « la question est stipulée dans les textes et lois en vigueur du pays. Ainsi, nous allons nous référer à ces textes afin de les respecter ».

Par ailleurs, interrogé sur la recommandation de la SADC exhortant le retrait de 3 candidatures à la présidentielle, dont la sienne, le Président Rajoelina a expliqué que « Il ne devrait plus avoir d’exclusion lors de la prochaine élection. Pour l’apaisement, tout le monde devrait pouvoir y participer. Il incombe à la population de désigner librement celui ou celle qui va se trouver à la tête du pays, les acteurs politiques ayant déjà longuement occupé le devant de la scène politique ».

Concernant la CES qui, ces derniers temps, fait l’objet de critiques de toutes parts, le Président Rajoelina a indiqué que : « la CES est une structure imposée aux Malgaches. Madagascar avait déjà la HCC. Ce n’est plus le moment de repartir à zéro.  Personnellement, je suis un démocrate. J’ai toujours demandé la tenue des élections le plus tôt possible. La Cenit et les Nations Unies ont avancé la date du 08 Mai et j’ai accepté. Lorsqu’ils ont annoncé le report pour le 24 juillet, j’ai également accepté. Ils ont aussi proposé le jumelage des élections législatives et le deuxième tour de la présidentielle, je ne m’y suis pas opposé bien que je ne partage pas le même avis. Lorsque la CES a publié la liste des candidats à la présidentielle, je n’ai pas fait non plus la moindre objection. Il convient de souligner que la CES est une structure mise en place par la Communauté Internationale et les signataires de la Feuille de route ». Et lui de poursuivre, « puisque nous avons choisi la Feuille de route, tout le monde, aussi bien les malgaches que la Communauté internationale, devrait s’y conformer. La mise en place d’un assesseur auprès de la CES a été avancée ».

Toujours dans le cadre des élections, le Président de la Transition a exhorté la population à vérifier l’inscription sur la liste électorale, ainsi que la validité de la Carte d’identité nationale de tout un chacun.

Antananarivo, le 13 Mai 2013

Le Chargé de la Communication

auprès de la Présidence de la Transition

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires
Dimanche 5 mai 2013 7 05 /05 /Mai /2013 12:41

HAR 8265

  ALBUM DE PHOTOGRAPHIES

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Inauguration d’infrastructures sanitaires à Mahanoro


A peine arrivé au pays après sa rencontre avec l’actuel Président de la Troïka de la SADC, SEM Jakaya KIKWETE, le Président de la Transition, SEM Andry RAJOELINA, a fait le cap sur Mahanoro pour l’inauguration de nouvelles infrastructures sanitaires, dont le nouveau bloc sanitaire et le Centre de Santé maternelle et infantile de Mahanoro.


Après cette cérémonie officielle d’inauguration, le Président RAJOELINA a rencontré une foule immense qui l’attendu au Stade Municipal de Mahanoro.

Ayant ouvert la série de discours à cette occasion, le Maire de la Commune Urbaine de la localité, Pierre TELOLAHY, a étalé les besoins sociaux de sa municipalité en matière de développement, entre autre le goudronnage des routes de la ville et la dotation en matériels informatiques.


Pour sa part, Irma NAHARIMAMY, Vice-Président du Conseil Supérieur de la Transition natif de Mahanoro a, dans une brève prise de parole, renouvelé le soutien indéfectible de la population de cette localité au Président de la Transition.  


Dans son allocution, le Numéro Un de la Transition a expliqué la principale raison de sa visite à Mahanoro : « le Régime transitoire a toujours priorisé le volet santé. Nous avons construit des « Hopitaly Manarapenitra » dans les Chefs – lieux de Région de Madagascar mais tenant compte vos souhaits, j’ai parlé avec le Ministre de la Santé et nous avons décidé de construire ce bloc opératoire pour que les malades ne soient plus évacués dans la Capitale ».


Ce fut également une occasion pour SEM Andry RAJOELINA d’apporter de plus amples informations sur sa candidature à la prochaine élection présidentielle. « Quand j’ai fait la déclaration de me retirer de la course à la magistrature suprême, beaucoup ont éprouvé de la tristesse et versé des larmes. Lorsque la liste des candidats a été publiée, certains ont pleuré de joie.  J’étais avec vous hier, je suis avec vous aujourd’hui et je dirigerai le pays demain à vos côtés. Beaucoup se sont demandés sur la raison de cette candidature. Dans le Genèse 2 verset 24, il a été dit que l'homme quittera son père et sa mère, s'attachera à sa femme et deviendront Un. A travers sa femme, l’ancien Président s’est donc porté candidat et l’Amiral Didier Ratsiraka est également candidat. Je me suis dit que, dans ces conditions, rien n’empêche Andry RAJOELINA de se présenter au prochain scrutin présidentiel et ce, au nom de la crédibilité et de la transparence des élections. Mais si je suis candidat, c’est surtout pour le pays. Le peuple est seul maître de son choix et il a le dernier mot pour élire celui qui devrait diriger Madagascar », a déclaré le Président RAJOELINA avant de marteler que « étant donné que la population malgache est à 70% constitué de jeunes, le pays a besoin d’un dirigeant patriote, partageant sa vision et son état d’esprit. Un seul candidat répond à ce profil ».


Dans la foulée, le Président de la Transition a annoncé la dotation de la Commune Urbaine de Mahanoro en cinq (5) ordinateurs complets avec imprimante.

 

   
En marge de cette inauguration, le Président RAJOELINA a eu un entretien avec les membres de la presse venus couvrir l’événement.

Sur la question relative à sa rencontre avec le Président tanzanien, le Président de la Transition a expliqué que cet entretien a été focalisé sur les élections : « La question des prochaines élections à Madagascar a été abordée. Dans un communiqué, le Président tanzanien a déjà déclaré que les élections devront être tenues selon le calendrier établi par la CENIT et les Nations Unies. Il a été également évoqué que la stabilité, avant, pendant et après les élections, devrait être assurée ».

Concernant la liste des candidats : « la Cour Electorale Spéciale s’est déjà prononcée sur la candidature de ceux qui pourraient se présenter aux élections. Dans sa décision, la CES a permis aux citoyens malgaches d’élire librement celui ou celle qui dirigera le pays ».   

Le Président de la Transition a également expliqué que les 41 candidats  représentent toutes les forces vives de Madagascar. « La CES a publié la liste de quarante et un (41) candidats et ceux-ci représentent toutes les tendances politiques.  Tout le monde devrait accepter cette décision de la CES. Le dernier mot appartient au peuple ».

Et enfin,  à propos de l’obligation de démissionner 60 jours avant les élections, le Président de la Transition s’est contenté de se référer aux textes en vigueur. « Les dispositions relatives à l’intérim des Chefs d’Institution candidats aux prochaines élections sont déjà stipulées dans la Feuille de route », a-t-il rappelé.


Mahanoro, ce 04 Mai 2013

Le Chargé de la Communication

auprès de la Présidence de la Transition

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires
Dimanche 5 mai 2013 7 05 /05 /Mai /2013 11:53
 
Bon, il est temps d’être réaliste, sans devenir terre-à-terre, à propos de la décision d’Andry Rajoelina de se présenter comme candidat à l’élection présidentielle du 24 juillet 2013.


Certes, depuis 2009, il n’a eu cesse de dire qu’il n’allait pas se présenter. Et, jusqu’au bout, il a cru avoir affaire à des « anges » qui allaient respecter la logique liée à toute alternance politique et démocratique. Du coup, Andry Rajoelina est tombé dans le piège de la notion de respect de la parole donnée. Personnellement, je déteste celles et ceux qui en usent et abusent mais qui ne la… respectent pas.


Cependant, il faut aller bien au fond des choses pour éviter de passer pour un imbécile et une girouette à la solde de politiciens ambitieux pourris, qui ont mis le pays à genoux, avec la complicité de multinationales qui pillent le pays en usant de la politique de Joseph Gallieni qui est : diviser pour régner. Sur quoi repose le principe du respect de la parole donnée ?


Le respect de la parole donnée est une obligation morale issue du droit canon selon laquelle toute promesse, quelle qu’en soit la forme, devait être respectée sous peine de commettre un péché Pacta sunt servanda »). C’est vers le XIIème siècle que la morale chrétienne fait apparaître ce nécessaire respect de la parole donnée. Il s’agit de l’idée que tout individu est tenu de respecter ses engagements, quelles qu’en soient leurs formes. De manière plus simple, il s’agit d’une volonté personnelle, d’un engagement individuel, capables de dicter leur propre loi. Ainsi, elle a été un principe fondateur de la théorie générale des contrats. Et ce principe a servi à justifier quatre autres principes propres au droit des contrats que sont : la liberté contractuelle, le consensualisme, la force obligatoire et l’effet relatif aux contrats mettant en présence deux parties au minimum.


Comme dans tout contrat (verbal ou écrit), cet engagement doit être respecté des parties concernées, au risque de rupture. Un exemple simple : celui d’une personne qui ne se présente pas à un rendez-vous fixé au préalable. En poussant plus loin, je dirais que la valeur du respect de la parole repose sur la faculté de l’esprit qui discerne le bien du mal. Il s’agit de la raison humaine en contraste avec l’instinct animal. Dès lors qu’une des parties ne respecte pas son engagement -ce qui constitue une mauvaise foi volontaire-, l’autre partie n’est plus liée à son engagement dont la raison était, justement, la réciprocité du contrat, de l’accord. Ici, il faut faire attention à la notion : toute règle a une exception. Une règle s’applique à tous, tandis qu’un accord se fait de manière tacite. En se présentant candidat, Andry Rajoelina ne déroge à aucune règle. C’est la suite d’une rupture qui est devenue une caractéristique de la personnalité même de Marc Ravalomanana.


C’est depuis ses débuts que l’actuel exilé en Afrique du Sud, a l’habitude de n’être qu’un petit magouilleur, un corrupteur de haut vol... Cela remonte en 1988, dans l’affaire « Lalasoa » (cliquez ici). Son ascension, il ne l’a du qu’à sa manière de cacher ses diableries (il n’y a pas d’autres mots) sous le couvert du verset 5 : 36 de l’évangile selon saint Marc : «Ne crains pas, crois seulement». Ce sont les paroles de Jésus (prière de lire la Bible). Ce verset, Marc Ravalomanana en a fait son cheval de bataille, son slogan pour parvenir à la mairie d’Antananarivo. Et les Malgaches n’y ont vu que du feu. L’appétit venant en mangeant, et se substituant à Jésus, il s’est porté candidat à la présidentielle de décembre 2001. En forçant son destin, il est devenu président de la république mais après avoir renié les accords de Dakar I et II (cliquez ici) et effectué une « pacification » mortelle du pays, avec son « Premier tour dia vita ».


La suite ? Chassez le naturel, il revient au galop. Je ne vous encombrerai pas l’esprit avec tout le mal qu’il a fait à Madagascar, en promettant un réfrigérateur et une auto Renault 4 à tous les foyers malgaches et en accaparant tous les secteurs économiques lucratifs du pays. Mais il faut retenir son accaparement de terrains domaniaux pour sa société Tiko devenu un empire, avec les deniers publics (cliquez ici). Quoi qu’il en soit, il a mis Jésus lui-même en colère, qui ne lui plus accordé que 7 ans de pouvoir (le chiffre fétiche de Ravalomanana).


Le 17 mars 2009, il démissionne et s’enfuit du pays sans prévenir quiconque. Et c’est d’Afrique australe qu’il a continué son habitude de mentir en parlant de « coup d’état ».

Après des tas de manœuvres horribles financées par son argent mal acquis, l’ex-président démissionnaire fuyard annonce qu’il ne se portera pas candidat. C’était le 10 décembre 2012. Et, à son tour, Andry Rajoelina fait de même, le 15 janvier 2013, réitérant sa promesse du 12 mai 2010. Or, Ravalomanana a profité de la maladie de sa belle-mère pour renier sa parole, en poussant son épouse, Lalao à se présenter, malgré un accord dûment signé (cliquez ici). Trop, c’est trop. Face à un homme dépourvu de scrupules, il faut riposter en lui rendant la monnaie de sa pièce. Le respect de la parole donné émanant du droit canon, Andry Rajoelina a pris inspiration directement au Vatican, chez le Pape François.

Et, en réponse au verset 5 : 36 de saint Marc, il a annoncé, à Mahanoro, la base de sa décision à se porter candidat. Il s’agit du verset 2 : 24 de la Genèse. En voici trois traductions pour être plus explicite :

  1. « C'est pourquoi l'homme laissera son père et sa mère, et se joindra à sa femme, et ils seront une [même] chair » (Martin Bible, 1774)
  2. « C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils seront une seule chair » (Darby Bible, 1859/1880)
  3. « C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair » (Louis Segond Bible, 1910).

En clair : Lalao Ravalomanana (60 ans, le 3 mai 2013) n’est que la substitution de Marc Ravalomana, son époux pour le pire et le meilleur, devant Dieu et les hommes. Il en a fait un cheval de Troie pour tenter de revenir au pouvoir. Lalao, sa chair, est devenue un "kilalao" (jouet).

Sur un autre plan, l’apparition de candidatures issues de ceux qu’il croyait être ses alliés, a permis à Andry Rajoelina d’être enfin réaliste, quant a ses soi-disant « amis indéfectibles » ayant pratiqué le : « quand le chat n’est pas là, les souris dansent ». Un grand coup de balai est également nécessaire si certains persistent…


Voilà donc où nous en sommes. Qui jettera la première pierre (en public et en ignorant ce qui a été écrit plus haut) à Andry Rajoelina ? Personne. Pour la Communauté internationale, c’est une affaire malgacho-malgache et il importe de respecter le calendrier électoral établi conjointement par la CENI-T et l’ONU. Quid des résolutions prises à l’issue de la rencontre organisée par le FFKM ? Peu de choses. Andry Rajoelina devant démissionner le 24 mai 2013, au plus tard, Mamy Rakotoarivelo et ses acolytes auront deux mois pour démontrer leur capacité de nuisance au nom de Marc Ravalomanana, l’homme par qui tous les scandales sont arrivés… En vain.

 


Jeannot RAMAMBAZAFY

– 5 mai 2013

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires
Samedi 4 mai 2013 6 04 /05 /Mai /2013 11:50

 

 




3 mai 3013. " Le président de la Haute Autorité de transition de Madagascar, Andry Rajoelina, est arrivé à Dar es Salaam ce (vendredi) soir pour une visite de travail de deux jours ", a indiqué un communiqué de la présidence tanzanienne.

M. Rajoelina a été accueilli à l’aéroport de la capitale économique tanzanienne, Dar es Salaam, par le chef d’Etat, Jakaya Kikwete. " Les deux dirigeants vont avoir des entretiens plus tard ", selon le communiqué.

 

 

 

"Les consultations porteront principalement sur les derniers développements à Madagascar", poursuit la présidence tanzanienne.

Le Président Kikwete assure actuellement la présidence de la troïka de la SADC pour la paix et la sécurité, un organe en première ligne pour tenter de parvenir à une issue négociée dans la crise politique à Madagascar.

 

 

 

 

 

Les Présidents Kikwete et Rajoelina se sont déjà rencontré trois fois ces derniers mois à propos de la situation politique à Madagascar.

M. Rajoelina quitte la Tanzanie ce samedi 4 mai 2013.

 

 

Rappelons que le nom du Président Andry Rajoelina est en 41è position dans la liste officielle des candidats retenus par la Cour Electorale Spéciale (CES) ; sortie ce 3 mai 2013. Nous attendons impatiemment l’annonce des résolutions pragmatiques qui sont ressorties de cette entrevue-éclair à Dar es Salaam. Ce, face à la situation fantasmagorique qui prévaut depuis ces derniers jours et qui dessert les intérêts de la population malgache qui ne sait plus où donner de la tête. Vraiment;

Jeannot Ramambazafy – 4 mai 2013

 

==============================================

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

aR00AUTRES PHOTOS DE CETTE VSITE DE TRAVAIL


Le Président de la Transition de retour au pays après une visite de travail à Dar Es Salaam, Tanzanie avec le Président de l’Organe de la Coopération en matière de Politique, de Défense et de Sécurité de la SADC

 

Le Président de la Transition, S.E. Monsieur Andry RAJOELINA, est de retour au pays ce Samedi 04 Mai 2013 après avoir mené une mission de deux jours en terre tanzanienne où il a rencontré, le Vendredi 03 Mai dernier, le Président de la République Unie de Tanzanie et non moins Président en exercice de la Troika de la SADC, S.E. Monsieur Jakaya Mrisho KIKWETE.

 

Le Président Jakaya KIKWETE en personne a accueilli la délégation malgache à son arrivée à l’Aéroport International de Dar Es Salaam, le Vendredi 03 Mai à 16h30, et a accompagné par la suite le Chef de l’Etat malgache jusqu’à l’hotel « Kilimanjaro » où il a séjourné durant son séjour en terre tanzanienne.

 

Vers 19 heures, le Président de la Troika, SEM Jakaya KIKWETE, a convié la délégation malgache dirigée par le Président Andry RAJOELINA à un diner présidentiel avant de procéder à la réunion de travail.

 

Ladite réunion a eu lieu au Palais d’Etat de Dar Es Salaam et a duré environ un tour d’horloge. Durant cet entretien, les deux personnalités ont discuté de l’évolution de la situation politique à Madagascar en général et en particulier des questions relatives aux prochaines élections, notamment les progrès réalisés dans le cadre du processus de sortie de crise.

 

A l’issue de cette rencontre, les deux parties ont publié un communiqué officiel conjoint que vous pourrez lire en cliquant ICI

Antananarivo, le 04 Mai 2013

 

Le Chargé de la Communication

à la Présidence de la Transition

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires
Samedi 4 mai 2013 6 04 /05 /Mai /2013 08:10

 

3 mai 2013. Voici des propos recueillis par notre consœur Anna Sylvestre de Radio France internationale, à la suite de la publication de la liste officielle des 41 candidats présidents de la république. L'élection est prévue se tenir le 24 juillet 2013 ;

"A ma grande surprise, j’ai appris que l’ancien président s’est présenté à l’élection présidentielle, à travers son épouse. Il a aussi l’ancien président, Didier Ratsiraka, qui a déposé sa candidature. Et je me suis dis, donc, que c’est une élection libre et qui devrait être transparente et pourquoi je ne me présenterai pas aussi ? Maintenant que la Cour électoral spéciale a validé la candidature de tout le monde, c’est l’attente aussi du peuple malgache. Maintenant, il faut laisser au peuple malgache de choisir celui ou celle qui dirigera la destinée de Madagascar ".

Transcription : Jeannot Ramambazafy

Par Andry TGV - Publié dans : Andry Rajoelina Acta non verba - Communauté : Andry Rajoelina en action
Voir les 0 commentaires

De la Vision aux Actions

ALBUMS DE PHOTOS

Voir tous les albums

DOSSIERS

Calendrier

Août 2013
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés